Canada Day – A unique relationship with our flag

French version to follow

First up – a quick acknowledgement to all the athletes who are chipping in to the flood recovery in Alberta. I’m so incredibly proud of the time and effort that many Olympians, current and retired, are contributing to your communities. Thank you

CanadaFlagI first recognized the power of our flag as I walked into the Opening ceremony at the 1992 Olympic Games. Montjuic Stadium in Barcelona was colourfully packed with almost 70,000 cheering people waving flags from over 200 hundred nations and it was crystal clear to me, and all the other athletes who marched in, exactly which flags were Canadian. With its bright red borders, clean white centre and bold red maple leaf it is beautiful, powerful and distinct. Even at a distance, there is no confusion of which combination of blue, white and red, or red white and blue – or is that green, or black? four stars or six?

The Canadian flag represents millions but when I look at it, I see it as a lone sentry; it has my back, it stands on guard for me.

After marching into that stadium, I developed a completely unique relationship with our flag. The Canadian flag represents millions but when I look at it, I see it as a lone sentry; it has my back, it stands on guard for me. When my mind raced with possibilities, I would ‘talk’ to it – sharing my ambitions and fears – I found its constant strength to be peaceful and comforting; it kept me calm when I needed most to be calm. When I won my first Olympic gold medal, I realized that my relationship with the flag was incredibly personal. To this day, when I see the flag I acknowledge it as a friend who continues to ‘stand’ by my side through thick and thin. I love the strength of our flag, I am so proud to be Canadian.

I always knew that I was Canadian – but I’m not sure that I had felt it; like many Canadians I think I took it for granted. Those Olympics weren’t the first time that I had represented Canada; I had proudly worn red and white at Jr. and Sr. World Championships – but there was something profoundly different about wearing our colours at the Olympics. That they are such a massive global event allowed me to connect to what it feels like, deep down to be a Canadian; to know that my home is a county that is full of so much that is extraordinary. Since that moment I have been from sea to sea to arctic sea and everything that I experience, everyone that I meet and all the things that I learn that Canadians do reinforce my pride. I am so lucky to be Canadian.

simon and flagBut why is this relationship to the flag, which is available to everyone, unique for Olympians? The branding, that once was so brilliantly carried by our Great War soldiers, is now carried by us. Olympic sport brings Canadians together to celebrate simply being Canadian like nothing else. For what other endeavour do all Canadians jump on their sofas, excitedly screaming at their TV sets, or gather in town squares proudly wearing our national colours all waving the same flag? I’m proud of our writers, artists, and scientists but I’ve never seen a crowd celebrating with joyous tears and high fives because of a new novel, CD release or new discovery. Even NHL hockey divides us – but Olympic hockey players and all the other athletes who wear the red maple leaf unite us as one nation. I’ve had people approach me and proudly tell me that cheering for me at the Olympics was the first time that they got to celebrate being new Canadians. Olympic athletes carry the flag like no one else. (That’s cool stuff!) I am so honoured to be a Canadian.

MCBEANMy technique for managing the expectations of millions was to keep it simple; focus on the flag – not the people. Our glorious flag represents you and the millions of extraordinary Canadians behind it want nothing more than to “see thee rise”. As you prepare for the upcoming season, the selection, qualification and the Sochi Winter Olympics take our flag –and all of the strength behind it—with you. If it’s not on your sleeve, or chest or helmet – know that it’s part of your support team, it’s part of who you are.

Happy Canada Day. Have a great July.

Marnie

Remember – your Team is Fierce, Proud, Unstoppable, Stoked, Inspired.

Between now and the 2014 Olympic Games I will be sending out a monthly email. Think of it as a talking point; you may agree with me, maybe disagree… It may serve as a heads up or reminder to some ups and downs that are a natural point of believing that you can more than just go, more than just compete, but compete at your very BEST at the Olympics. My goal will never be to add to your stress, but to help you wear it well. I’ll always try to keep them short, and I always appreciate feedback.

>>>>>>>>>

Avant tout, je tiens rapidement à rendre hommage à tous les athlètes qui participent aux efforts de reconstruction après les inondations qui ont sévi en Alberta. Je suis incroyablement fière du temps et des efforts que consacrent les nombreux olympiens, actuels ou à la retraite, dans nos collectivités et communautés. Merci.

La fête du Canada – une relation unique avec notre drapeau.

CanadaFlagL’idée de représenter des dizaines de millions de Canadiens aux Jeux olympiques peut être intimidante. Si vous avez le sentiment que 35 millions de personnes vous regardent plein d’attentes, vous devrez alors vous préoccuper d’une foule incroyable. Et cela peut peser lourd et peut vous empêcher de vous concentrer. Comment pouvez-vous réussir à faire fondre dans le décor tant de personnes afin pouvoir vous concentrer sur votre tâche olympique? La plupart des travaux les plus complexes s’accomplissent en les décomposant en plusieurs « petites parties » gérables individuellement. La gestion des attentes de toute une nation ne fait pas exception à la règle. Les célébrations de la fête du Canada me rappellent une technique dont je me servais pour gérer cet incroyable public. Cette technique implique une relation unique que nous, les olympiens, nous pouvons entretenir avec notre drapeau.

J’ai pris conscience de la force de notre drapeau pour la première fois lorsque je suis entrée dans le stade Montjuic de Barcelone à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 1992. Le stade était multicolore et rempli à craquer. Presque 70 000 personnes originaires de plus de 200 pays agitaient leur drapeau. Pourtant, je n’ai eu aucune difficulté, tout comme les autres athlètes qui marchaient à mes côtés d’ailleurs, à reconnaître les drapeaux canadiens. Avec ses bordures rouge vif et son centre blanc épuré où règne la feuille d’érable rouge. Il est beau, puissant et unique. Même de loin, il n’y a aucune confusion possible, et je n’ai jamais eu à me poser des questions du genre : est-ce un drapeau bleu, blanc, rouge ou rouge, blanc, bleu? Et ça, c’est du vert ou du noir? Il y a quatre ou six étoiles?

Après avoir défilé dans le stade, j’ai développé une relation complètement unique avec notre drapeau. Le drapeau canadien représente plusieurs millions de personnes, mais lorsque je le regarde, je le vois comme une sentinelle; il me couvre, il me protège. Lorsque je ne savais plus où donner de la tête, je lui « parlais ». Je lui faisais part de mes ambitions et de mes craintes. Je trouvais que sa force constante était apaisante et réconfortante. Grâce à lui, j’ai su garder mon calme quand j’en avais le plus besoin. Quand j’ai remporté ma première médaille d’or olympique, j’ai réalisé que la relation que j’entretenais avec notre drapeau était incroyablement personnelle. Aujourd’hui encore, lorsque je vois le drapeau, je le vois comme un ami qui continue à se tenir à mes côtés dans les bons moments et dans les moments plus difficiles. J’adore la force de notre drapeau et je suis extrêmement fière d’être Canadienne.

J’ai toujours su que j’étais Canadienne, mais je ne suis pas certaine de l’avoir ressenti. Comme de nombreux Canadiens, je pense l’avoir tenu pour acquis. À Barcelone, il ne s’agissait pas de la première fois que je représentais le Canada à des Jeux olympiques. J’avais déjà porté avec fierté du blanc et rouge aux Championnats du monde juniors et seniors. Pourtant, porter nos couleurs à l’occasion des Jeux olympiques représentait quelque chose de profondément différent. Le fait qu’il s’agisse d’un événement international aussi énorme m’a permis de découvrir ce que l’on ressent vraiment, au plus profond de soi, lorsqu’on est Canadien. Le fait de savoir que j’habite dans un pays qui a tant à offrir est extraordinaire. J’ai voyagé d’un océan à l’autre depuis, et tout ce que je vis, tous les gens que je rencontre et toutes les choses que j’apprends sur ce que font les Canadiens me rendent plus fière encore. Je suis tellement chanceuse d’être Canadienne.

Mais pourquoi cette relation avec le drapeau, que tout le monde peut avoir, est-elle unique aux olympiens? Cette marque distinctive, qui a jadis été portée avec tant d’éclat par nos soldats de la Grande Guerre, c’est nous qui la portons désormais. Le sport olympique rassemble les Canadiennes et les Canadiens et les invite à fêter le simple fait d’être Canadiens. Dans quelles autres circonstances les Canadiens jaillissent-ils de leur canapé, crient-ils avec enthousiasme devant leur téléviseur ou se rassemblent-ils sur la place publique en portant fièrement nos couleurs nationales, tous en train d’agiter le même drapeau? Je suis fière de nos écrivains, de nos artistes et de nos scientifiques, mais je n’ai jamais vu une foule fêter avec des larmes de joie et des tapes dans les mains à la publication d’un nouveau roman, la sortie d’un nouveau CD ou l’annonce d’une nouvelle découverte. Même le hockey de la LNH nous divise. Pourtant, les hockeyeurs olympiques et les autres athlètes qui portent la feuille d’érable rouge nous unissent en tant que nation. De nombreuses personnes sont venues me voir pour me dire fièrement que la première fois qu’ils ont eu la chance de célébrer leur nationalité canadienne nouvellement acquise, c’était en m’encourageant aux Jeux olympiques. Les athlètes olympiques portent le drapeau comme personne d’autre ne sait le faire (c’est vraiment cool!). Être Canadienne est pour moi un tel honneur.

Ma technique pour gérer les attentes de plusieurs millions de personnes était simple : rester concentrée sur le drapeau, pas sur les gens. Notre glorieux drapeau vous représente et les millions de Canadiens extraordinaires qui le brandissent ne veulent rien d’autre que « vous voir porter l’épée ». Tandis que vous vous préparez pour la saison à venir, la sélection, les qualifications et les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, prenez notre drapeau avec vous, et toute la force qui l’accompagne. S’il n’est pas sur vos manches, votre poitrine ou votre casque, sachez qu’il fait partie de l’équipe qui vous soutient, il fait partie de vous.

Joyeuse fête du Canada. Je vous souhaite un excellent mois de juillet.

Marnie McBean

Et ne l’oubliez pas : votre équipe est fière, inébranlable, féroce, stoked, insatiable.

D’ici aux Jeux olympiques de 2014, je vous ferai parvenir un courriel tous les mois. Voyez-le comme un sujet de discussion; vous pouvez être d’accord avec moi ou en désaccord… Cela peut vous servir de rappel ou d’avertissement des hauts et des bas qui sont des étapes normales de croire que vous pouvez faire plus que simplement vous rendre aux Jeux et y participer, mais que vous pouvez faire de votre MIEUX. Mon objectif ne sera pas d’ajouter à votre stress, mais de vous aider à bien le vivre. J’essaierai de garder mon courriel bref, et j’aime beaucoup recevoir vos commentaires…

One thought on “Canada Day – A unique relationship with our flag

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *