No stone unturned – Define how “involved” you want others to be

Last month my message to the athletes was about having fun. It always seems that people who are winning, particularly career champions who win a lot, walk around with a twinkle in their eye; like they know a secret. To me that always indicates that regardless of how incredibly hard they are working – they LOVE what they do and they’re having a lot of fun doing it.

This month’s message is back to business. Business for Olympic athletes is training for a really big sporting event – but like big projects in other careers (exams, job interviews, sales presentations, conferences (particularly in exotic destinations!), trade shows, car/home purchases, event planning etc etc..) we have friends and family around that get excited and want to be involved in our work. They want to support and share in your big opportunity but in order for their help to be effective, how “involved” they can be needs to be defined. A conversation needs to be had.

Sometimes an athlete really needs their parent to be a parent- not a coach, not someone to plot strategy, and not someone blowing smoke in your eyes with un-objective praise. Athletes often say that having their family at the Games is incredibly important to them, but they really need them to stay at some distance. For each athlete that distance will be different.

I can’t see how that is terribly different for how people need to interact with parents, partners, and/or team mates/ co-workers in other endeavours – at all performance levels. Generally, I believe we have no problem being specific with the people who are directly involved in a tasks about their role. We hesitate to have the same conversation with those who may be peripheral to the task but are involved in our life. It is naive to think that they have no effect on our performance. We throw the proverbial baby out with the bathwater and can undo all our hard work when we fail to be specific with those people about how they can help; where they can be, what they should/shouldn’t do and even what they might/might not say to be supportive.

If you’re going to doggedly turn over all the stones that directly effect your ability to achieve your goal – be professional and thorough about turning over the ones that indirectly effect your abilities too.

(note- the following Mentor Message has been slightly edited – removing some Canadian Olympic Team specific materials)


No stone unturned

<La version française suit>

Days are getting shorter, darker and colder… Yay! Winter!! Which also means that in 4 months it’s Game-On!!!

One of the many things that makes the Olympics different from the countless other competitions that you go to, World Cups, X-Games, and World Championships, is the involvement of your friends and family (F&F).

Some of F&F’s may have been very hands-on, and fully present throughout your career while others may have been supporting you at a distance – letting you do “your thing”. The Olympics tend to be “the” event that gets everyone uniquely excited. It makes people feel that they should get more…involved. For the F&F that have been with you throughout your sport career – at your side through all the highs and lows –it’s natural to want them to share in the ultimate of sporting competitions

While an increase in F&F involvement, curiosity and attendance is great – it’s important to make sure that everyone understands what level of “involved” is best for you and your success at the Olympics.

When preparing for and being at the Olympics, your ability to focus will be super important. If your friends and family plan on going – do they understand that they will be on vacation…and that you will be working? They are going to watch you… not to be with you.

Having time to spare does not mean that you have energy to spare. Time-off is designed to help you recover, to be at your peak, not to tap you out. As such, this may not be the year that you have time to participate in lots of F&F, community or club gatherings that, generously, want to celebrate you and your Olympic quest.

When you are there, you will be able to arrange pockets of time to spend with F&F, but any Olympic veteran will tell you, it can be very time consuming and exhausting to get to a location where you can hang out with family.

When I went to Sochi/Adler and the mountain areas near Rosa Khutor I don’t recall any Starbucks-like coffee shops that would be an easy meeting spot. I don’t expect “convenient” to be a common word for spectators there.

If your F&F are keen to go – that’s fantastic. Sharing the Olympic experience can lead to life-long (legendary!) family tales. But it is essential that you and your family realize that you will have different experiences. Yours will be almost completely inside the accredited Olympic fence; accommodation, transportation, and food will be simple and completely taken care of for you. Their experience will be completely outside of the accredited fences. Personally – I believe that the ‘outside the fence’ experience in Russia will be unique and possibly very challenging. If your friends and family are up to it…the stories will most likely be fantastic! But if they aren’t, then the stories may be very different.

You have been, and continue to work hard to ensure that no stone will be left unturned this year; fitness, technique, and strategy – you are addressing them all. Don’t stop there- be sure to look at the whole Olympic experience. Have conversations with your F&F – because their comfort state will affect yours. Be honest with them and ask them to be honest with you. What do you want and need from them? – not just during the Olympics but leading up to it- that time is incredibly important too.

This is not about being selfish – it’s about everyone feeling that they had their best Olympic experience. You and your friends and family have done/sacrificed/chosen so much for so long so that you can be at your best. Why would you leave any stone unturned now?

Even in comparison with other Olympic host cities/nations – Sochi/Russia is proving to be expensive and, accommodation, visas, culture, politics, spectator passes and transportation logistics – look to be difficult. What is the best for you? What is the best for them? What ever you decide, everyone should know that friends and family don’t have to be right there for their love, support and presence to be felt.

Have you assigned a friends and family ‘captain’?– one person, your point-person who will spread info to everyone else, answering all their questions, receiving all their well-wishes so that they don’t become distracting?  That’s another great stone to turn!


My F&F experience – My mom loved going to Olympics. Her health and mobility was great, she was up for adventure, she was patient in lines and crowds (which is important at the Olympics) and she liked watching all the rowing events – not just mine. My brother, friends and cousins all had a total party! – I could barely keep up with their adventures; many of which had nothing to do with the Olympics. “While I was having a sport experience of a lifetime they were having a vacation of a life time.”

For my dad, who has always been my biggest supporter, the Olympic environment was a struggle; I worried about him. He found being at the Olympics very difficult, there is a lot of walking and waiting and he missed the up-close, informed perspective of the events that TV gives. Before my 3rd Olympics, he asked if I would mind if he didn’t go to Sydney. I was a bit sad – but honestly – also relieved, I totally understood.  I didn’t need him to be there to know that he loved and supported me. The decision was that my dad would stay home and my mom would go. She and a friend of hers went on a 3-week N.Z. and AUS. adventure that just happened to include the Olympics! Everyone was happy!

Start the conversation – don’t leave any stone unturned!


Between now and the 2014 Olympic Games I will be sending out a monthly email. Think of it as a talking point; you may agree with me, maybe disagree… It may serve as a heads up or reminder to some ups and downs that are a natural point of believing that you can more than just go, more than just compete, but compete at your very BEST at the Olympics. My goal will never be to add to your stress, but to help you wear it well.


Ne rien laisser au hasard

Les journées se font plus courtes, plus sombres et plus froides… L’hiver reprend ses droits! Cela veut également dire que dans quatre mois, ce sera place aux Jeux!!!

Une des nombreuses choses qui différencient les Olympiques des innombrables autres compétitions auxquelles vous participez, notamment les Coupes du monde, les X-Games et les Championnats du monde, c’est l’engagement des membres de votre famille et de vos amis.

Au sein de votre famille et parmi vos amis, certains se sont beaucoup impliqués et ont été à vos côtés tout au long de votre carrière tandis que d’autres vous ont appuyés à distance, c’est-à-dire en vous laissant « à vos affaires ». Très souvent, les Olympiques représentent « l’événement » qui suscite l’enthousiasme de tous. Les gens ont l’impression qu’ils doivent être encore plus… engagés. Pour ce qui est de la famille et des amis, qui vous ont appuyés tout au long de votre carrière sportive, qui ont été à vos côtés pendant tous les hauts et tous les bas, il est normal de vouloir vivre avec eux le pinacle de la compétition sportive.

Bien qu’un engagement, un intérêt et une présence accrus de la famille et des amis soient formidables, il est important que tout un chacun comprenne le niveau « d’engagement » qui vous convient le mieux et qui est beaucoup plus propice au succès olympique.

Tout au long de votre préparation pour les Jeux olympiques et lorsque vous serez là-bas, votre concentration jouera un rôle très important. Si certains membres de votre famille et certains amis envisagent de se rendre aux Jeux, ils doivent comprendre qu’ils seront en vacances… et que vous serez en train de travailler. Ils y vont pour vous regarder… non pour être avec vous.

Avoir du temps libre ne signifie pas avoir de l’énergie à revendre. Ce temps libre est prévu pour vous aider à récupérer, afin d’être au sommet de votre forme, et non pour vous épuiser. Dans le même ordre d’idées, cette année n’est pas celle où vous aurez du temps pour participer aux réunions familiales, ainsi qu’aux rencontres organisées par vos amis, votre communauté ou votre club, même s’ils font preuve de beaucoup de générosité dans leur désir de vous célébrer dans votre quête olympique.

Lorsque vous serez là-bas, vous pourrez toujours réserver du temps pour votre famille et vos amis, mais tout vétéran olympique vous dira qu’essayer de trouver un lieu où passer du temps avec votre famille peut s’avérer un gaspillage de temps et d’énergie.

Lorsque je me suis rendue à Sotchi/Adler et dans la zone de montagne, près de Rosa Khutor, je me rappelle n’avoir vu aucun café du genre de Starbucks qui rendrait pratique l’organisation de rencontres. Il faut dire que je ne m’attends pas non plus à ce que l’adjectif « pratique » trouve une place dans le vocabulaire des spectateurs qui seront présents à Sotchi.

Si votre famille et vos amis souhaitent se rendre aux Jeux, c’est formidable. Partager l’expérience olympique peut être la source de nouvelles histoires (légendes) familiales qui passeront l’épreuve du temps. Cependant, il est essentiel que votre famille et vous sachiez que vous vivrez des expériences différentes. La vôtre se passera complètement à l’intérieur des frontières de l’accréditation olympique. Vous n’aurez pas à vous soucier de votre hébergement, de votre transport et de vos repas. Leur expérience, contrairement à la vôtre, se passera complètement en dehors de la zone accréditée. Personnellement, je pense que l’expérience « à l’extérieur des frontières de l’accréditation » en Russie sera unique en plus de comporter son lot de défis. Si vos amis et votre famille le souhaitent, les histoires seront encore plus fantastiques! Toutefois, s’ils n’y mettent pas du leur, ce sera l’effet contraire.


Vous avez travaillé — et vous continuez de travailler — avec ardeur pour vous assurer que rien n’est laissé au hasard cette année. Qu’il s’agisse de votre forme, de votre technique et de votre stratégie, vous avez pensé à tout. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin, considérez l’expérience olympique dans son ensemble. Parlez à votre famille et à vos amis parce que leur bien-être influencera le vôtre. Soyez honnêtes avec eux et demandez-leur d’être honnêtes avec vous. Qu’attendez-vous d’eux? Je ne parle pas seulement de ce qui se passera aux Olympiques, mais aussi avant les Jeux, car c’est une période extrêmement importante également.

Il ne s’agit pas ici d’égoïsme; il faut que chacun vive la meilleure expérience olympique possible. Votre famille et vos amis ont fait, ont sacrifié, ont consacré tant de choses pendant de si longues années pour vous permettre d’arriver au sommet. Pourquoi feriez-vous confiance au hasard aujourd’hui?

En comparaison avec d’autres villes et pays olympiques, le coût de la vie à Sotchi et en Russie est très élevé. L’hébergement, les visas, la culture, les politiques, les laissez-passer de spectateur et la logistique entourant le transport ont l’air d’être assez difficiles. Qu’est-ce qui serait le mieux pour vous? Et pour eux? Quelle que soit votre décision, tout le monde doit savoir qu’il n’est pas nécessaire que les amis et la famille soient tout près pour que vous ressentiez leur amour, leur soutien et leur présence.

Mon expérience avec ma famille et mes amis

Ma mère aimait aller aux Olympiques. Elle était en bonne santé et se déplaçait facilement. Elle vivait l’aventure à fond. Elle se montrait patiente dans les files d’attente et dans les foules (ce qui est très important aux Olympiques) et elle aimait suivre toutes les compétitions d’aviron, pas seulement les miennes. Pour mon frère, mes amis et mes cousins, c’était la fête! Je ne pouvais me tenir à jour avec toutes leurs aventures, dont plusieurs n’avaient rien à voir avec les Olympiques. « Alors que je vivais une expérience sportive inoubliable, ils passaient des vacances inoubliables. »

Pour mon père, qui a toujours été mon plus grand partisan, l’environnement olympique comportait sa part de défis; je m’inquiétais pour lui. Il trouvait difficile d’assister aux Jeux. Il y avait beaucoup de marche et beaucoup d’attente, et le côté informatif et détaillé de la retransmission télévisée lui manquait. Avant mes troisièmes Olympiques, il m’a demandé si je me fâcherais s’il décidait de ne pas se rendre à Sydney. J’étais un peu triste, mais honnêtement, j’étais également soulagée. Je le comprenais parfaitement. Il n’était pas nécessaire qu’il soit présent pour que je sache qu’il m’aimait et qu’il m’appuyait. Nous avons donc décidé que mon père resterait à la maison et que ma mère ferait le voyage. Avec une amie, elle a entrepris un voyage d’aventure de trois semaines en Nouvelle-Zélande et en Australie qui incluait également les Olympiques! Tout le monde était content!

Il est temps de faire passer le mot : ne laissez rien au hasard!


Jusqu’aux Jeux olympiques de 2014, je vous enverrai un courriel mensuel. Considérez-le comme un sujet de discussion; vous serez peut-être d’accord ou en désaccord avec moi… Il peut servir également d’information ou de rappel sur les hauts et les bas entourant votre participation aux Jeux et vous convaincre que vous ferez plus que concourir, car vous serez au SOMMET de votre forme aux Jeux olympiques. Mon objectif ne sera jamais de contribuer à votre stress, mais de vous aider à mieux le gérer.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *