Nice to know vs Need to know: The important bits and pieces

2013- athletes get to be tourists. 2014 athletes will be athletes

2013- athletes get to be tourists. 2014 athletes will be ‘working’

<La version française suit>

A few years ago, Dr. Robert Thirsk, a Canadian astronaut, spoke at an Olympic Excellence Series meeting. He told us that before he went up on the Space Shuttle Columbia he needed to master over 20 simulators that represented bits and pieces of a single task that he had to perform in space. None of them, he said, could simulate totally what it would be like to perform his task in the weightless environment of space. When the time came, it was his ability to combine the variety of his experiences and training that made him effective in space. I was struck by how similar his experience is to an athlete’s preparation for an Olympics. There is no one thing that you can do to prepare for competition inside the Olympic bubble but you still need to be familiar with and master as many bits and pieces that you can.

I have written and erased this message many times … it wasn’t working and I couldn’t figure out why. I wanted to write about my recent familiarization trip to Sochi/Adler/Rosa Khutor and the bits and pieces that I observed while there. I was having a lot of fun thinking about the chaos of the construction and traffic that I saw. Nothing says ‘ready for the world’ like gaping manholes with no covers, knee-deep mud surrounding omnipresent construction, grocery shelves stocked with meat-in-a-can, and summer Olympic temperatures in a winter Olympic city.

But the reason I kept hitting delete on my draft message is that I try to make these messages pertinent to your Olympic preparation. Those crazy bits and pieces that I was writing about are, I realized, outside of the Olympic bubble that you are preparing for.  I, like you, need to remember to separate the nice to know bits of ‘Russian experience’ that will be outside the Olympic ‘fences’ from the need to know pieces of ‘Olympic experience’ that you want to have inside them.

Some inside the fence bits and pieces that I observed:

  1. Athletes told me, repeatedly, that the 2014 Olympic venues are spectacular and offer excellent competition environments;
  2. Most alpine and nordic athletes will have the luxury of living practically in a ski-in/out location;
  3. The Extreme Park and Freestyle Centre is an intimate cluster of 7 courses uniquely finishing in just 2 corrals; and
  4. The Sliding Centre, like all the venues in coastal Adler (also intimately clustered right beside an athlete’s village) is impressive and gorgeous – inside and out;
  5. Local workforce and volunteers working the venues do not have much experience hosting major events and are on a steep learning curve;
  6. Regardless of the technical conditions that were presented by the host in 2012 and 2013, all venues have the potential of being best-in-class in 2014.

With regards to all the construction that is going on, what I have learned after 8 Olympics is that even if a host city is behind – it is never behind on the competition sites. The Olympic competition venues and village accommodations are always ready. No one has ever promised that the bedrooms will be 5-star but they will be finished and comfortable. And while I do recall for the 2004 Athens Games they were rolling out sod in the village 5 days after the Games began (!) – that was just a “look and feel” issue which is hardly a competition concern.

A caterer will prepare excellent food and while transportation is always a pre-Games worry, at Games time 95% of those problems are cleared away. The high-speed trains will likely be packed and very efficient – but quite frankly, they will be of no concern to your competition experience. The non-accredited crowds and spectators including any travel-hardy friends and family of yours who join them will have to deal with all the outside-the-fence chaos – that will be their Olympic experience and form their (hopefully fond!) memories.

As for the variable weather that many of you experienced – not only is that an obvious part of outdoor sport –but mastering all conditions is part of becoming the career champion that you want to be. Never forget that someone is going to win – regardless of the snow/ice conditions.

The Sochi familiarization tour that over 400(so far) Canadian athletes and coaches took part in this year was just one piece of many intended to help you with next year’s Olympic experience. Even though 2014 will be different than 2012 and 2013, the bits and pieces that you, your teammates and your coaches are collecting all become parts of your imagination, your reactions and your performance plans. There is no one bit or piece that can ensure that you are ready to achieve your goals but the more experiences that you can combine – the better your chances of success will be.

Marnie

Between now and the 2014 Olympic Games I will be sending out a monthly email. Think of it as a talking point; you may agree with me, maybe disagree… It may serve as a heads up or reminder to some ups and downs that are a natural point of believing that you can more than just go, more than just compete, but compete at your very BEST at the Olympics. My goal will never be to add to your stress, but to help you wear it well. I’ll always try to keep them short, and I always appreciate feedback.

Archived mentor messages can be found here

 

>>>>>>>>

Bon à savoir ou besoin de le savoir : les choses importantes.

Il y a quelques années, le docteur Robert Thirsk, un astronaute canadien, a donné une conférence lors d’une rencontre de la Série de l’excellence olympique. Il nous a raconté qu’avant de s’embarquer dans la navette Columbia, il lui fallait maîtriser une vingtaine de simulateurs qui représentaient des portions d’une seule tâche qu’il aurait à accomplir dans l’espace. Aucun simulateur n’était en mesure de simuler parfaitement l’accomplissement de cette tâche en apesanteur. Le moment venu, il pouvait compter sur la variété des expériences et de l’entraînement qu’il avait reçu pour être efficace dans l’espace. La ressemblance avec la préparation d’un athlète en vue des Jeux olympiques m’a frappée. Aucune activité ne te préparera parfaitement à compétitionner dans la bulle des Jeux olympiques, mais tu devras connaître et maîtriser le plus de parcelles possible.

J’ai commencé et effacé ce message à plusieurs reprises…  il ne fonctionnait pas et je n’arrivais pas à comprendre pourquoi. Je voulais écrire sur mon voyage de familiarisation à Sotchi, Adler et Rosa Khutor et ce que j’y ai observé. Le chaos occasionné par la construction et la circulation m’a beaucoup amusée. Il n’y a rien comme des bouches d’égout sans couvercle, des mares de boue entourant les multiples édifices en construction, les étagères des épiceries remplies de viande en canne et des températures dignes des Jeux olympiques d’été pour les Jeux d’hiver pour indiquer qu’une ville est prête à accueillir le monde entier.

Mais je persistais à effacer mon brouillon parce que je n’arrivais pas à rendre ces messages pertinents pour votre préparation olympique. Tous ces faits amusants étaient à l’extérieur de la bulle olympique à laquelle tu te prépares. Comme toi, je dois faire la différence entre les choses qui sont bonnes à savoir et qui relèvent de « l’expérience olympique » et qui sont extérieures à la chose olympique et celles que tu as besoin de savoir et qui font partie de l’expérience olympique.

Voici quelqu’un des éléments à l’intérieur de la bulle olympique que j’ai observée :

  1. Plusieurs athlètes m’ont dit que les sites de compétition des Jeux de 2014 sont spectaculaires et qu’ils offrent d’excellents environnements de compétition;
  2. La plupart des skieurs et des fondeurs auront la chance d’habiter pratiquement sur les pentes;
  3. Le parc extrême et le centre de ski acrobatique sont un complexe intime de 7 parcours qui se termine en deux aires; et
  4. Le centre de glisse, comme tous les sites qui se trouvent dans l’ensemble côtier d’Adler (et qui est situé à  côté d’un village des athlètes) est superbe et impressionnant, dedans comme dehors;
  5. Les ouvriers et les bénévoles locaux n’ont pas beaucoup d’expérience en organisation d’événement d’envergure et doivent apprendre rapidement;
  6. Peu importe les difficultés techniques rencontrées en 2012 et 2013, tous les sites ont la capacité d’être à la fine pointe en 2014.

Un petit mot sur la construction. En huit éditions des Jeux olympiques, j’ai appris que même si une ville tire de l’arrière, il n’y a jamais de retard dans la construction des sites de compétition. Les sites de compétition et les villages des athlètes sont toujours prêts à temps. Personne ne promet des chambres cinq étoiles, mais celles-ci seront prêtes à temps et confortables. Je me souviens toutefois qu’aux Jeux de 2004 à Athènes, on a installé le gazon au village cinq jours après le début des Jeux (!), mais ce n’était qu’une considération esthétique qui n’avait aucune incidence sur les compétitions.

On sait qu’un traiteur se chargera de préparer de bons repas. Le transport cause toujours du souci avant les Jeux, mais au début des Jeux, 95 % des problèmes auront été réglés. Les trains à grande vitesse seront fort probablement pleins à craquer et très efficaces, mais ils n’affecteront aucunement votre expérience de compétition. Les personnes non accréditées et les spectateurs, y compris les grands voyageurs parmi vos amis et les membres de votre famille qui en feront partie, auront à négocier le chaos propre aux Jeux olympiques, mais il s’agira de leur expérience olympique et de leurs souvenirs olympiques (qui, espérons-le, seront de beaux souvenirs!).

En ce qui a trait à la température changeante à laquelle plusieurs d’entre vous ont eu droit, c’est une variable inévitable des sports qui se pratiquent en plein air et maîtriser toutes les conditions est essentiel pour devenir le champion que vous aspirez à être. N’oublie jamais que quelqu’un montera sur la plus haute marche du podium peu importe l’état de la neige et de la glace.

Les visites de familiarisation de Sotchi auxquels plus de 400 athlètes et entraîneurs canadiens (jusqu’à maintenant) ont pris part cette année ne sont qu’un des aspects destinés à vous aider dans votre expérience olympique de l’an prochain. Même si 2014 sera différente de 2012 et 2013, les expériences récoltées par toi, tes coéquipiers et leurs entraîneurs s’intégreront à ton imagination, à tes réactions et à tes plans de performance. Ce n’est pas une seule chose qui fera en sorte que tu sois prêt à atteindre tes objectifs, mais la somme de tes expériences et plus il y en aura, meilleures seront tes chances de succès.

Marnie

D’ici aux Jeux olympiques de 2014, je te ferai parvenir un courriel tous les mois. Vois-le comme un sujet de discussion; tu peux être d’accord avec moi ou en désaccord… Cela peut te servir de rappel ou d’avertissement des hauts et des bas qui sont des étapes normales de croire que tu peux faire plus que simplement te rendre aux Jeux et y participer, mais que tu peux faire de ton MIEUX. Mon objectif ne sera pas d’ajouter à ton stress, mais de t’aider à bien le vivre. J’essaierai de garder mon courriel bref et j’aime beaucoup recevoir des commentaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *